Des outils de DICTATURE

Voici ci-dessous un article extrait de l’excellent magazine « Le Nouvel Observateur » numéro 2363.

Propos recueillis par Stéphane ARTETA et Marie LEMONNIER.

Président de la Ligue des Droits de l’Homme, le professeur de droit constitutionnel Jean-Pierre DUBOIS s’indigne contre les nouveaux projets du gouvernement.

Le Nouvel Observateur : – Le gouvernement prépare de nouveaux textes sur l’immigration et la sécurité. Dans son avant-projet, Eric Besson propose de restreindre les droits des sans-papiers. Vous attendiez-vous à de telles annonces avant les élections régionales ?

Jean-Pierre DUBOIS : – Les élections poussent à la surenchère, mais c’est hélas ! Beaucoup plus grave que cela. L’extrême-droite s’est installée comme un ténia dans les esprits UMP. Même si les lois sont inefficaces, on en vote de plus dure encore pour faire oublier les précédents échecs. C’est une machine folle.

A cette allure, plus de la moitié du programme de Jean-Marie Le Pen en 2002 a déjà été votée. Quant à la méthode d’Eric Besson, elle est désormais bien connue : on annonce une horreur pour faire passer, in fine, une demi-horreur. Les sans-papiers sont les boucs émissaires évidents, surtout en temps de crise, alors que ce sont eux qui soutiennent la démographie d’une Europe vieillissante.

On ne peut tout de même pas transformer ce continent en maison de retraite géante entourée de bunkers ! Mais M. Besson fait son petit Berlusconi ! Cet avant-projet va très loin : allongement de la durée de rétention. Pire que pour les terroristes ! La redéfinition des zones d’attente est aussi délirante : cette mesure vise à créer une zone en fonction de l’endroit où sont interpellés les étrangers. Imaginez qu’on crée un commissariat de police sur la scène de chaque nouveau crime.

Je me demande ce que le Conseil constitutionnel va bien pouvoir faire de ça ! Besson S’est pris un revers avec l’identité nationale et n’a pas supporté la claque que lui ont mise les juges dans l’affaire des 123 Kurdes débarqués en Corse [ils ont été libérés parce que leurs droits ne leur ont pas été notifiés dans les délais, NDLR]. Le ministre de l’Immigration voulait sa revanche. Derrière tout ça, il y a toujours la même obsession : détruire le pouvoir judiciaire en passant en force, désarmer le juge indépendant au profit de l’administration hiérarchisée. Et cette dérive ne se limite pas à la politique d’immigration.

Le Nouvel Observateur : – Vous êtes aussi très critique vis-à-vis de la loi sur la sécurité intérieure, dite Loppsi…

Jean-Pierre DUBOIS : – Ce grand fourre-tout cache de véritables menaces. Loppsi tire dans tous les sens : vidéosurveillance, couvre-feu pour les moins de 13 ans, aggravation des peines pour les cambriolages et les agressions de personnes âgées, fichage… Je suis attaché à la sécurité ; je ne suis pas un angéliste, et je n’ai aucune envie de voir mes enfants se faire agresser. Mais cette loi ne répond en rien aux problèmes. Son fil conducteur, c’est le contrôle social total. Il s’agit encore de se débarrasser des organes de contre-pouvoir.

Le gouvernement s’en est pris à la CNDS (Commission National de Déontologie de la Sécurité), à la défenseure des enfants, au juge d’instruction… Et voilà qu’avec cette loi Loppsi il passe outre la Cnil (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés). Cet organisme clé qui veille à la protection de la vie privée est dépossédé au profit d’une structure directement rattachée à Brice Hortefeux.

Ainsi c’est l’état qui aura indirectement la main sur le fameux projet Périclès. Ce programme, c’est la consécration du flicage, le croisement tous azimuts de données personnelles : les fichiers, mais aussi les factures payées sur internet, les renseignements donnés par les opérateurs mobiles, les données GPS, celles des pass comme Navigo… Veut-on le système de la Chine ?

Le Nouvel Observateur : – Ne trouvez-vous pas la comparaison exagérée ?

Jean-Pierre DUBOIS : – Nos dirigeants nous disent : « Nous ne sommes pas des dictateurs ». Alors pourquoi mettent-ils en place des outils de dictature ? Même certains élus modérés de la majorité commencent à s’inquiéter. Il est temps. A Calais, à présent, les policiers en sont à déchirer les duvets des sans-papiers au couteau !

Conclusion personnelle :

En effet, en France et de plus en plus, la démocratie n’est qu’une illusion. La démocratie, ce n’est pas d’interdire, c’est le respect de l’autre.

Nous sommes en 2010, et pourtant le racisme n’a jamais été aussi haut en France.

Dernier exemple avec l’interdiction de la Burqa.

Le but de notre super gouvernement est très simple. Augmenter le racisme, la haine envers les gens de couleurs.

Quelle est la signification exacte de « Liberté, Egalité, Fraternité » ?

Aucun problème n’a été résolu. Au mieux il s’est déplacé. C’est pire qu’avant, mais il suffit de dire dans les médias, avec des chiffres truqués, que tout va bien, l’insécurité baisse.

Quelle honte !

N’ayez pas peur de la vérité, mais plutôt du mensonge.

Si vous n’êtes pas avec nous, c’est que vous êtes contre nous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :